«La Révolte des mabawas» semaine 5

Le fil Mayotte dans le chaos est ici 
Les articles sont limités en nombre de caractères.


Lundi 24 octobre:
Le journal des DOM TOM ici
La carte de la dernière chance
Manifestation dans le calme ce matin à Mamoudzou. Les rideaux sont baissés rue du commerce. Le médiateur, Stanislas Martin, est attendu à Petite Terre en début d'après-midi.
sources: Linfo.re
Flashback sur M-L Penchard: ici
« La France, c'est Nice, c'est la Savoie et c'est Mayotte »
Politis.fr ici
Echec de la 1ère réunion de l'observatoire des prix:
Le médiateur nommé par M-L Penchard n’a pas voulu négocier avec les syndicats les prix des produits de première nécessité. Il voulait dresser un état des lieux des prix afin de déterminer si les marges de la grande distribution étaient excessives. Les syndicats ont claqué la porte de l'observatoire des prix. ils réclament un calendrier de négociations. La mission de Stanislas Martin doit s'achever à la fin de la semaine.
Un vrai dialogue de sourd...
sources: Linfo.re
Polémique au sujet du décès d'Elanziz
Selon le service des sapeurs-pompiers, le décès ne serait pas consécutif à un massage cardiaque mal pratiqué, contrairement aux déclarations du procureur Philippe Faisandier.
sources: Mayotte Hebdo
Au fil de l'eau Une journée à Koungou  ici 
Koungou est un lieu stratégique entre la capital Mamoudzou et le port de Longoni, lieu de tous les échanges et approvisionnements économiques. De plus,y réside la plus forte densité de clandestins de l’île.Ces personnes vivent déja dans la plus grande des précarité, et n’ont plus rien à perdre...

Mardi 25 octobre:
Un manifestant comorien explusé vers Anjouan ici
La départementalisation: un système d'apartheid ?
Le point de vue d'Al-Watwan, quotidien des Comores: ا ل الصحيفة ال وعربية الأولى في جز طر القمرن
« Dans ce mouvement, on a assisté d’un côté, des Maorais de souche, marginalisés, qui manifestent. Comme si la départementalisation avait instauré un système d’apartheid. Les manifestants attendent visiblement toujours les effets positifs de la départementalisation sur leurs revenus. En face d’eux, et malgré eux, les fonctionnaires français, qui pour la plupart, ont bénéficié des retombées financières de la départementalisation par les augmentations diverses de leur revenus. »
Ruée sur les mabawas ce week-end
« Dans les villages, des commerçants n’hésitent pas à profiter du manque de denrées pour créer une inflation : à Chiconi, des cartons de mabawa se sont vendus à 35 €, alors que les syndicalistes ont négocié pour qu’ils passent de 27 € à moins de 20 €. »
sources: Mayotte Hebdo
Echauffourées à Dzoumogné
Un enfant de nouveau blessé par un flash-ball ?
sources: Mayotte.la1ère.fr
Nouvelle rencontre avec le médiateur
Pour l’intersyndicale, la priorité est de baisser les prix du sable, du gaz et de la viande. Ils demandent aussi à ce que les patrons leur fournisse enfin dans le détail le cheminement, parsemé d’intermédiaires, effectué entre les industriels et le consommateurs.
« Envoyé spécial » à Mayotte
A la 5e semaine du mouvement et suite au regain de tensions provoquées par le décès d'un manifestant, les envoyés spéciaux des rédactions nationales débarquent à Mayotte cette semaine. C'est le cas de l'envoyé spécial de 20 minutes.fr qui a publié 2 articles aujourd'hui (ici et ici) et un hier (ici). La semaine précédente, le journal avait édité 2 dépêches de l'AFP (ici et ici) et un article de la rédaction (ici) suite aux événements de mercredi.

Mercredi 26 octobre:
Quand les kwasas d'Anjouan ravitaillent Mayotte ici
Le quotidien comorien Al-Watwan a rapporté hier dans son édition n°1842 du 25/10/2011, que les départs de kwasas, embarcations légères, qui servent au transit des clandestins comoriens en provenance d'Anjouan sont quotidiens. L'arrivée des clandestins se serait intensifiée depuis que la police aux frontières est contrainte de tourner les dos à la mer pour faire face aux manifestants.
Plus étonnant, c'est maintenant Anjouan qui ravitaillerait Mayotte en produits de première nécessité. Une situation inversée impensable il y a un mois.
Deux Anjouanais venus à Mayotte dans le cadre d'activités musicales « crient actuellement la famine et voudraient vite retourner à Anjouan. Toute la journée, ils ont cherché à acheter des boîtes de vermicelle pour se nourrir, mais ils ne trouvent pas de boutique ouverte. »
C'est aussi ce que m'a rapporté une amie réunionnaise venue sur l'île aux Parfums pendant la période du 4 au 12 octobre, elle n'a trouvé à manger que des boîtes de sardines et encore quand elle dénichait des magasins ouverts. Elle a souligné également la gentillesse des Mahorais qui l'ont dépannée pendant son escapade. Je précise que c'est une Mzungu et qu'elle n'avait jamais mis les pieds à Mayotte. Son témoignage contredit les rumeurs racistes qui se sont propagées dernièrement sur le web.
Al-Watwan nous informe aussi que la crise à Mayotte et le ravitaillement de l’île par Anjouan ne fait cependant qu’enfoncer cette dernière dans la précarité...
Pour finir le quotidien conclut en publiant un commentaire des plus inquiétants:
« Et pourquoi, maintenant que la surveillance de la Paf (police aux frontières) s’est relâchée et que les départs de kwasas se font plus massivement, l’on n’apprend pas qu’il y en a un qui a fait naufrage. Je commence à être persuadé que, effectivement, les garde-frontières mahorais les coulaient! »
sources: Al-Watwan
Situation explosive ce mercredi ici
Les barrages ont repris  y compris dans le centre-ville et autour de Mamoudzou. Dès 4 heures du matin, des barrages ont été dressés. Des pompiers et des journalistes sont caillassés. Les gendarmes ne sont pas intervenus ce matin, probablement pour éviter l'embrasement. Déjà hier, à Dzoumogné au nord de l'île, des heurts violents s'étaient déroulés entre les forces de l'ordre et des dizaines de jeunes, qui avaient érigé des barrages. Un jeune a été, une nouvelle fois, blessé par un tir de projectile. La rumeur, qui est maintenant vérifiée, avait fait état d’un nouvel enfant blessé par un tir de flash-ball. On le sait maintenant, il s'agit d'un adolescent de 14 ans blessé à la mâchoire. Les gendarmes mobiles avaient été attaqués à coup de galets, de barres de fer et de cocktails molotov. Les ambulances ne circulent plus... « Pour la première fois depuis le début du conflit, la sécurité sanitaire n’est plus assurée », indique Alain Daniel, directeur de l’hôpital de Mamoudzou en charge de l’organisation du système de soins dans l’île. Une ambulance a été caillassée en se rendant à Mamoudzou. C'est le chaos... Ce soir à la tombée de la nuit, des barrages étaient toujours en place.
Les syndicats réclament la fermeture des établissements scolaires 
Dans ce climat de sédition, les syndicats d'enseignants demande au vice recteur de Mayotte la fermeture des établissements scolaires. En vain... Mardi sur les ondes de Kwezi FM, un parent s'indignait de la présence de grenades lacrymogènes dans la cour d'une école maternelle de Dzoumogné.
Pendant ce temps, les syndicats... ici
Les syndicats, qui ont repris les pourparlers depuis mardi avec le médiateur dépêché par M-L Penchard, exigent en priorité la baisse du prix de la viande mais aussi du sable et du gaz pour poursuivre les négociations.
sources: Radio ô sur Twitter  


Claude Guéant: nouveau dérapage assuré
M-L Penchard a annoncé à la sortie du conseil des ministres de ce mercredi qu’elle s’entretiendrait avec le ministre de l’Intérieur Claude Guéant et le premier ministre François Fillon. Si le ministre de l'Intérieur s'exprime sur les Mahorais, c'est un nouveau dérapage assuré ! La semaine dernière, la ministre avait reporté sa venue à La Réunion programmée le jeudi 19 et vendredi 20 octobre, au lendemain du décès d'Ali Elanziz, démontrant un courage incertain...
sources: Linfo.re, Clicanoo
Rue89 ici 
Au fil de l'eau: Une petite pause... et ça repart ! ici
Bilan de la journée par le Préfet Thomas Degos
" Il y a des incidents de rue en marge des manifestations, comme c'est toujours le cas. Il y a sans doute une montée en puissance de ce phénomène ces derniers jours, on assiste à des comportements violents peu courants à Mayotte. J'en appelle au calme et à la sérénité, et condamne ces actes qui n'ont rien à voir avec les revendications."
sources: 20minutes.fr

Jeudi 27 octobre: 31e jour
« La bataille de Dzoumogné » de mardi 25/10  ici
Mamoudzou ville morte
Petite Terre & Grande Terre ne sont plus reliées par la barge, la STM a rejoint le mouvement depuis mercredi. Seul une barge assure les urgences médicales. Le taxi-boat continue à desservir l'aéroport de Dzaoudzi. Sur l'île principale, Grande-Terre, la circulation est paralysée par les barrages. Mamoudzou est uniquement accessible par la mer. Les magasins sont fermés, quelques supermarchés sont ouverts mais les rayons sont vides faute d'approvisionnement.
Une catastrophe sanitaire à venir
Les ambulances ne peuvent circuler que sous escorte policière. Les médicaments commencent à manquer.
M-L Penchard enfonce le clou
lors de son intervention pendant à l'Assemblée Nationale:
« Ce gouvernement a agi pour soutenir le développement de la production agricole, puisque grâce aux crédits supplémentaires, plus de 40 millions, nous avons pu développer la filière viande ce qui a permis de baisser les prix de plus de 20% à la Réunion et s’agissant de Mayotte, nous avons obtenu un protocole qui a été signé avec une organisation syndicale FO... c’est la réalité qu’un gouvernement n’a jamais autant fait pour l’Outre-Mer. »
sources: Clicanoo
Thomas Degos parle racisme
« S’il a pu y avoir des altercations ou des menaces, il n’ y a pas eu de violence directe sur un mzungu en raison de sa couleur de peau, même si je sens une tension particulière. » a confié le préfet à l'envoyé spécial de 20minutes.fr . Après avoir été caillassé à sa sortie de la TV Mayotte 1ère mercredi dernier, effectivement le préfet a du ressentir une tension particulière! Non pas parce que c'est un mzungu, mais parce que son analyse à chaud du drame, qui par l'AFP, a fait le tour des grands médias nationaux, a embrasé Mayotte...
sources: 20minutes.fr
La énième carte de M-L Penchard
Denis Robin, ancien préfet de Mayotte et directeur de cabinet de M-L Penchard arrivera mercredi prochain. Il est appelé en renfort pour renouer le dialogue. Sa mission se fera en concertation avec le préfet Thomas Degos et ne se subsituera pas à celle confiée au médiateur Stanislas Martin. L'ancien préfet de Mayotte arrivera dans 1 semaine... D'ici là, Mayotte peut continuer à crâmer...

Vendredi 28 octobre:
La situation devient incontrôlable ici (mercredi 26/10 en Une du Post.fr)
Le journal des DOM TOM  ici
Un prof de Mayotte s'inquiète sur son blog (info brute à vérifier) ici
«   Des faits-divers sordides sont venus accentuer la méfiance qui s’installe entre les communautés. Les propos et actes à caractère raciste à l’encontre des mzoungous sont signalés ici ou là, si bien que beaucoup s’inquiètent. Certains parlent de partir, d’autres sont déjà partis et d’autres encore s’organisent en milice d’auto-défense, ce qui s’explique par le fait que très récemment, la gendarmerie a mis deux jours, du fait des barrages, pour venir constater une agression qui relève de la cour d’assise. »  
«  Il n'y a pas d'arnaque sur le prix de la viande »
C'est le bilan dressé par le médiateur, Stanislas Martin, concernant le prix de la viande de boeuf sur les ondes de Mayotte 1ère. Il y a toujours des barrages dans le sud. Demain les routes devraient être rouvertes pour permettre aux manifestants de se rendre à Mamoudzou pour débattre de l'avenir du mouvement.
Les fachos réagissent sur la toile ici
Réactions aux articles en Une sur LePost.fr
« La bataille de Dzoumogné » de mardi 25/10  ici

Photo4-300x199 Albalad Mayotte tag
Photographie: Albalad Mayotte
Samedi 29 octobre:
Un calme relatif est revenu depuis vendredi.
La Réunion c'est un peu comme Mayotte  ici
 tant que l'incendie ne gagne pas la métropole...
Le titre qui tue: « Ca fait maintenant plus d’un mois et personne n’a sorti la machette »
Le titre de l'article d'aujourd'hui de 20minutes.fr fout la trouille.
La phrase est sortie de son contexte.
Elle est de Soulaïmana Noussoura,  responsable CFE-CGC à Mayotte.

« Les Mahorais sont un peuple paisible. Les manifestants ont été gazés tous les jours dans les premiers temps du conflit. L’un des nôtres y a même perdu la vie, mais ça n’a pas explosé... Ca fait maintenant plus d’un mois et personne n’a sorti la machette, imaginez si ça s’était passé en métropole. »

 
Mais revenons sur le titre. Ca fait sauvage, indigène, autochtone, comme vous voudrez. Ca percute l'esprit, ça fout la trouille. Mzungus barrez-vous avant qu'il ne soit trop tard ! C'est la recherche de la home page. Du coup Newich.info s'est empressé de traduire l'article en anglais.
A La Réunion, la machette, le chombo, on ne connaît pas, nous c'est le sabre à canne. Et il ne sert pas qu'à couper la canne, c'est comme le fusil de chasse en métropole dans les campagnes. Mais jamais je n'ai entendu parler d'un crâne fendu ou d'une main de Zorey coupée, le Mzungu réunionnais. Il s'agit de différends familiaux, de querelles d'alcoolos... Le sabre à canne c'est Le vieux fusil de Robert Enrico.
sources: 20minutes.fr
La médiatisation d'agressions de touristes à Mayotte ?
20minutes.fr vous informe qu'à Mayotte ça craint... . « l’image de l’île, déjà écornée depuis quelques mois par la médiatisation d’agressions de touristes, a souffert du conflit et des tensions interethniques qui ont pu l’accompagner. »  En cliquant sur le lien, on apprend que la cascade Soulou, c'est le point noir des agressions de randonneurs depuis 10 ans. Il n'y a grand chose à ce sujet sur le web... Depuis La Réunion, il y a des rumeurs qui circulent sur le fait qu'il faut faire gaffe à ses effets à Mayotte. Sans vous parler de ce qui se raconte sur Mada. C'est toujours le même problème, c'est loin, c'est tropical, ça fait fantasmer...
sources: 20minutes.fr
Boinali Saïd, leader de l'intersyndicale
Pour Boinali Saïd Toumbou, leader de la Cisma-CFDT et de l'intersyndicale, « les groupes qui tenaient les barrages doivent organiser des discussions au sein de chaque commune pour que le peuple se réapproprie le débat sur la cherté de la vie... Le conflit social créée des droits et fait progresser l’histoire »
Dimanche 30 octobre:
La Réunion c'est un peu comme Mayotte  ici
tant que l'incendie ne gagne pas la métropole...
34e jour: Mayotte & La Guadeloupe
La Guadeloupe s'était mobilisée pendant 44 jours en 2009. Pour Elie Domota, leader du LKP, il y a des similitudes :  « Les causes du mal sont les mêmes : une société à deux vitesses avec beaucoup d'arrogance et de mépris... Il s'agit de maintenir en place le même système avec au sommet de la pyramide ceux de la grande distribution qui s'en mettent plein les poches et en bas les Mahorais qui souffrent. Ils ont raison de se soulever contre ce système. » 
Sources: LeMonde.fr, LeJDD.fr
L'envoyé spécial de 20minutes.fr a quitté Mayotte: 
Il vient de débarquer à La Réunion pour filer de suite en métropole.
Sources: Twitter 
A La Réunion, la manifestation en soutien à Mayotte est interdite
Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel du comité de soutien pour Mayotte, samedi matin à Saint-Louis. L’interdiction de défiler dans la rue n’a pas empêché les organisateurs de monter le son dans un squat ouvert à tous. Il a été rappelé qu’à Saint-Pierre juste à quelques km, le petit Nassuir dont l’œil a été crevé par le flash-ball d’un gendarme, s’enfermait dans sa souffrance.
sources: Clicanoo.re
Lettre de Paul Vergès à Nicolas Sarkozy  ici
sources: Témoignages.re
 

Pour en savoir plus
  • la presse de l'Union des Comores ( Al-Watwan...)