«La Révolte des mabawas» semaine 4

Le fil Mayotte dans le chaos est ici  
Les articles sont limités en nombre de caractères.


Lundi 17 octobre:
SOS Démocratie Comores demande l'ouverture d'une enquête internationale sur les répressions 
Elle s'étonne du  « silence alourdissant des autorités comoriennes face à ces vagues de répressions qui touchent une partie de leur peuple sous occupation française »  et se demande si l'Union des Comores ne capitule pas face à son « ancienne puissance coloniale » .
Elle s'insurge également dans son communiqué contre l'appropriation des terrains par l'Etat de « ceux qui n'ont pas de papier de l'administration française » .
Le gaz, le sable & la viande ici
Alors que  l'idée du préfet Degos était de valider les prix des 8 produits sur lesquels il y a eu une entente « pour traiter des 3 autres au sein d'un Observatoire des prix rénovés dans lequel seront intégrées des associations de consommateurs », Hamidou Madi M'colo de UD FO 976 a déclaré samedi « L'accord ne sera pas signé en raison d'un désaccord sur 3 produits. Nous allons tout répercuter à notre base lundi »
Si pour le gaz et le sable, le débat a été engagé, Marie-Luce Penchard étant intervenue au sujet du gaz, il en est rien pour l'instant pour la viande.
C'est donc aujourd'hui que les Mahorais vont se prononcer sur les suites à donner au mouvement.
« Ce matin, la rentrée scolaire a pu s’effectuer normalement » selon Mayotte1ère
 Selon Linfo.re,  « Les manifestants commencent à se rassembler en attendant la reprise des négociations cet après-midi à 15 heures. »
Une suspension de la grève sous conditions
Les manifestants réunis en AG ce matin place de la République se sont prononcés pour une suspension de la grève sous conditions. La grève continuera tant qu’aucun accord n’aura été trouvé sur le gaz, le sable et la viande. C'est le prix du kg de viande qui retient toute leur attention. Ils demandent au préfet d'intervenir sur ce dossier.
sources: Mayotte.la1ère.fr
Négociation en catimini sur la viande
Cet après-midi les syndicats et les associations de consommateurs ont été reçus par le préfet Thomas Degos en Petite-Terre pour débattre sur ce dossier.
Les représentants du patronat et de la grande distribution manquaient à la table des négociations. En plein débat, un grand nom de la grande distribution a convié le préfet par téléphone à se rendre en Grande Terre avec une partie des syndicats pour engager des négociations sur le prix de la viande. Une délégation l'a rejoint en vedette préfectorale entraînant la colère des autres syndicats.
 Peu d'incidents signalés ce lundi à Mayotte
Plusieurs centaines de Mahorais ont manifesté dans le centre-ville de Mamoudzou. Un barrage a  bloqué un carrefour stratégique dans l'après-midi. Dans la zone industrielle, 2 conteneurs ont été ont été vandalisés par des enfants âgés entre 9 et 12 ans dans un entrepôt. 7 tonnes de produits alimentaires vidés, essentiellement des conserves et 300 à 400 couteaux de cuisine... Eux aussi, ils se révoltent.
sources: Mayotte.la1ère.fr, Libération.fr, Linfo.re
130 gendarmes envoyés en renfort
Afin d’éviter tout débordement et appuyer le dispositif en place, deux escadrons de la gendarmerie, dont un de La Réunion ont été envoyés à Mayotte en renfort soit 130 gendarmes !
sources: Linfo.re

Une suspension de la grève sous conditions
Les manifestants réunis en AG ce matin place de la République se sont prononcés pour une suspension de la grève sous conditions. La grève continuera tant qu’aucun accord n’aura été trouvé sur le gaz, le sable et la viande. C'est le prix du kg de viande qui retient toute leur attention. Ils demandent au préfet d'intervenir sur ce dossier.
sources: Mayotte.la1ère.fr
Négociation en catimini sur la viande
Cet après-midi les syndicats et les associations de consommateurs ont été reçus par le préfet Thomas Degos en Petite-Terre pour débattre sur ce dossier.
Les représentants du patronat et de la grande distribution manquaient à la table des négociations. En plein débat, un grand nom de la grande distribution a convié le préfet par téléphone à se rendre en Grande Terre avec une partie des syndicats pour engager des négociations sur le prix de la viande. Une délégation l'a rejoint en vedette préfectorale entraînant la colère des autres syndicats.
 Peu d'incidents signalés ce lundi à Mayotte
Plusieurs centaines de Mahorais ont manifesté dans le centre-ville de Mamoudzou. Un barrage a  bloqué un carrefour stratégique dans l'après-midi. Dans la zone industrielle, 2 conteneurs ont été ont été vandalisés par des enfants âgés entre 9 et 12 ans dans un entrepôt. 7 tonnes de produits alimentaires vidés, essentiellement des conserves et 300 à 400 couteaux de cuisine... Eux aussi, ils se révoltent.
sources: Mayotte.la1ère.fr, Libération.fr, Linfo.re
130 gendarmes envoyés en renfort
Afin d’éviter tout débordement et appuyer le dispositif en place, deux escadrons de la gendarmerie, dont un de La Réunion ont été envoyés à Mayotte en renfort soit 130 gendarmes !
sources: Linfo.re

Mardi 18 octobre:
Avec en toile de fond des querelles syndicales et des suspicions de recherche d'intérêt particulier, les commerces ont prévu de réouvrir selon Malango Actualité
Nouvel échec des négociations & réouverture de magasins
 Sur ordre du préfet Thomas Degos, des commerces ont bien réouverts ce matin sous la protection d'un important dispositif de forces de l'ordre. Selon Kwézi TV, les familles se sont ruées sur les produits de première nécessité que sont le riz et le lait pour bébé.
La rumeur d'hier n'en était pas une, ce qui explique l'arrivée des 2 escadrons de Gendarmerie venus renforcer le dispositif sur place. " L’Etat n’était pas intervenu avant afin d’éviter que la situation ne bascule en émeutes, mais aujourd’hui nous avons la mission d’assurer la liberté de circulation, d’aller et venir à la population, nous allons appliquer l’ordre du préfet à la lettre", explique le Capitaine Chamassi de la police nationale de Mamoudzou.
Manifestation sous haute surveillance
A Mamoudzou, la manifestation de ce matin a été arrêtée par les forces de l'ordre à 1km de la zone industrielle, les autorités craignant les pillages " Les voitures sont inspectées à certains endroits par des manifestants pour vérifier s'il y a des provisions. " Cet après-midi, c'est en direction de Kawéni que les manifestants, encadrés par la Police et la Gendarmerie se sont dirigés pour ensuite retourner sur Mamoudzou. Aucun incident n'a été signalé.  
sources: Clicanoo, Twitter
Pillage de coffres de voitures et d'un camion de livraison
 " Des pillages ont eu lieu dans des camions de livraison et les coffres de personnes ayant fait le ravitaillement donnant lieu à des tirs de gaz lacrymogène de la part des forces de l’ordre."  
sources: Clicanoo
Un seul camion de marchandise aurait été vidé de son contenu par une foule composée de manifestants selon Linfo.re.
Un accord signé par Force Ouvrière en solo L'accord ici  
accord #1 17-10-11
Dans la nuit de lundi à mardi, Hamidou Madi M'colo de l' UD FO 976 a signé un accord en solo avec le MEDEF et la grande distribution portant sur 9 produits de première nécessité dont les mabawas (ailes de poulet). Les baisses de prix sont appliquables jusqu’en décembre. Figure aussi dans cet accord la proposition faite par la ministre de l'Outre-mer à savoir une réduction de 5 euros par produit et par mois pour chaque produit de la liste jusqu'au 1er versement du RSA. Un RSA égal au quart du RSA métropolitain.
FO a demandé que des garanties sur le suivi du coût de la vie soit établie, en échange le syndicat s’engage pour sa part à lever le préavis de grève déposé le 27 septembre.
article 7
Un tiers des participants aux négociations est signataire de cet accord qui reste donc fragile. D’un point de vue juridique, il est applicable malgré tout, le droit du travail français ne s’appliquant pas encore entièrement à Mayotte. La grève se poursuit demain.
M'Colo

Mercredi 19 octobre:
Un accord en demi-teinte
L'accord signé dans la nuit de lundi à mardi a fixé une baisse des prix pour la période du 4e trimestre 2011. Au-delà, rien n'est garanti.
baisse des prix jusqu'en décembre
Si le prix des mabawas va baisser, il n'y a eu aucune avancée sur la viande de boeuf qui devient le thème central des revendications. L'intersyndicale exige une baisse de 30% du kg de boeuf.
la viande de boeuf
L'avenir du mouvement 
Suite à la signature de l'accord, l'UD FO ne fait plus partie de l’intersyndicale contre la vie chère.
Dans les locaux du Smiam, l'intersyndicale a tenu une conférence de presse hier après-midi.
Boinali Saïd Toumbou, leader de la Cisma-CFDT a réaffirmé que « La grève ne sera suspendue qu'au moment de la signature du protocole d'accord... La manifestation continue »
Salim Nahouda, secrétaire général de la CGT-Ma, a apporté des informations sur le calendrier des négociations: « Nous avons rendez vous autour de l’Observatoire des prix le 24 octobre... des échanges peuvent avoir lieu si de nouvelles propositions sont faites par les chefs d’entreprises ou nous, les syndicalistes.». Mais il a également lancé une mise en garde: « Nous savons amplifier ou radicaliser un mouvement ».
Sur Rue89:  ici
C'est sur le net 
Acrimed, l'observatoire des médias, publie aujourd'hui une lettre de la CGT adressée au PDG de France Télévisions. « C’est sur le net qu’il faut aller pour découvrir le nouveau visage de Mayotte : « l’ile aux parfums », qui ressemble désormais à une zone de guerre engagée contre la population, telle qu’on pouvait la voir au Chili sous Pinochet. »
Reprise des barrages ce matin  
« des barrages partout, partout, partout !!! »  entendu sur Radio Mayotte 1ère à 8h00 heure métropole
-> écouter Radio Mayotte 1ère: situation identique à 9h15 (heure métropole)
Le décès d'Ali El Anziz à Mamoudzou ici
A Mamoudzou, chef-lieu de Mayotte, un homme est décédé aujourd'hui suite à des affrontements avec les forces de l'ordre. Il est mort après avoir été transporté à l'hôpital. Il y a également 1 autre blessé atteint par un tir de flash-ball. C'est une dame qui a annoncé ce matin, sur les ondes de Radio Mayotte 1ère, qu'un manifestant était au sol au milieu des tirs de flash-balls et de grenades lacrymogènes. Elle demandait l'intervention des secours.


Linfo.re ( Antenne Réunion ) dans un premier papier: L’un d’entre eux est décédé des suites de ses blessures.
La TV réunionnaise a repris ensuite, dans un second papier, les dires de la préfecture et de l'AFP. 
Comment en est-on arrivé là ? 
Vendredi dernier, la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard était à Mayotte.
Les négociations, ayant été interrompues en raison de la venue de la ministre, elles ont repris ce week en vain. Il y avait un désaccord sur 3 produits: le gaz, le sable et la viande.
Lundi, la rentrée des classes, s'est déroulée normalement, les barrages étant levés.
Mais, 2 escadrons de Gendarmerie, un de La Réunion, et un autre de la métropole, ont débarqué sur l'île aux parfums en renfort. Pourtant la situation était calme. Quelque chose se profilait... L'après-midi, le préfet avait mené des négociations en catimini. Un accord en demi-teinte fut conclu pendant la nuit avec l'UD FO et la grande distribution, sabrant l'unité de l'intersyndicale.  Hier matin, sur ordre du préfet Thomas Degos, les magasins ont réouverts sous haute protection. 
Ce matin, les barrages avaient repris partout... C'est à Mamoudzou que la situation a dégénéré entre manifestants et forces de l'ordre...

DEGOS

Jeudi 20 octobre:
24e jour de grève  
L'intersyndicale a décidé jeudi de la poursuite de la grève. Ils réclament tous un nouvel interlocuteur en lieu et place du préfet Thomas Degos dont la voiture a été caillassée à sa sortie de Mayotte Pemière hier soir.
Les affrontements ont duré jusqu'au matin à Mamoudzou. Pillages, une grande surface incendiée...
La ministre Marie-Luce Penchard a annulé sa venue à La Réunion aujourd'hui.  
Le décès d'Ali El Anziz
De nombreux témoins, dont le député européen Elie Hoarau qui était sur place, soutiennent que l’homme s’est effondré après avoir reçu une grenade de gaz lacrymogène. Une marche, de quelque 5000 personnes, s'est déroulée aujourd'hui dans le calme jusqu'au lieu du drame en mémoire d'Ali El Anziz, mort pour Mayotte. 
Le préfet Thomas Degos est intervenu hier soir, en direct sur Mayotte Première, pour lancer un appel au calme. A sa sortie des studios de la chaîne publique, il a été la cible de jets de galets, par des manifestants présents aux abords de la station, selon un journaliste de la chaîne. Les manifestants scandaient des slogans demandant le départ du préfet, tandis que l’un d’eux brandissait une pancarte avec l’inscription “Le préfet m’a tuer” et ornée d’une croix gammée. Thomas Degos a pu quitter les lieux, en voiture, sous la protection d’une vingtaine de gendarmes mobiles.
sources: Clicanoo
Résultat d'autopsie
  « Cette perforation est consécutive aux fractures de plusieurs côtes, provoquées par des gestes de massage cardiaque inappropriés prodigués par d'autres manifestants qui ont tenté de lui porter secours  » a annoncé jeudi le procureur de la République, Philippe Faisandier.
 « L'autopsie n'a pas permis d'établir les causes du malaise initial de Ali El Anziz » a ajouté le magistrat.
Des prélèvements d'organes ont été effectués à des fins d'analyses pour déterminer si une asphyxie par les gaz lacrymogènes a pu provoquer le malaise.
« La victime présentait un léger hématome sur le torse, mais qui n'a rien à voir avec le processus létal. »

Vendredi 21 octobre:
25e jour de grève
 « Pour poursuivre les négociations, il faut que le préfet soit mandaté. Or depuis le passage de la ministre, il ne l’est plus » Boinali Saïd Toumbou, leader de la Cisma-CFDT. 
sources: Malango Actualité
« Flics, porcs, assassins » ici
« J’ai voulu aller apporter des soins, on m’a dit de dégager ». Nadhuimati est infirmière libérale et elle a voulu se rendre utile hier matin. « J’étais dans ma voiture au niveau de la rue du Commerce quand j’ai entendu des femmes parler de ce qui venait de se passer à côté de la place du marché. Je suis allée tout de suite. Quand je suis arrivée, j’ai dit aux policiers que je venais porter de l’aide, on m’a dit de dégager. Je voulais lui apporter les premiers soins. » A ce moment-là, ni les pompiers, ni le Samu 976 n’étaient arrivés sur les lieux.
sources: Clicanoo
Sur les ondes de Mayotte Première, mercredi matin, déjà une femme signalait qu'un homme était au sol au milieu des tirs de flashballs et de grenades lacrymogènes. Elle réclamait des secours...
sources: sur mon blog
Une nouvelle autopsie demandée
A la demande la famille, elle devrait se dérouler en début de semaine prochaine. Daniel Zaïdani a adressé une lettre au procureur de la République demandant une contre-expertise.
sources: Linfo.re 
Exode
 Plus rien à manger, les magasins sont toujours fermés par crainte des pillages. On prend des nouvelles à distance par le téléphone. La peur pousse les Mahorais, surtout femmes et enfants à fuir le pays... direction la métropole, La Réunion, Madagascar... pour ceux qui en ont les moyens. Un jeune chef d'entreprise explique dans l'Express partir « pour quelques jours à Madagascar. Mon frigo est vide, et de toute façon, on ne peut pas travailler  » . sources: reunion.la1ere.fr/radio/direct, LEXPRESS.fr
Marche blanche demain en hommage à Ali El Anziz à La Réunion
Ce samedi, à l’initiative du Collectif "Mayotte en action", une marche blanche aura lieu à Saint-Denis. Les membres de la communauté mahoraise ainsi que l’ensemble des Réunionnais sont invités à participer à cet hommage.  Le point de rendez-vous sera la Maison de Mayotte. Le cortège entamera sa marche blanche aux environs de 10 heures.
sources: Linfo.re

Samedi 22 octobre  
Quelques nouvelles du front ici
Hier, « deuxième journée de calme à Mayotte, ambiance de couvre feu et toujours aucun magasin ouvert.  »
Les grévistes ont suspendu les actions ce week-end afin de pouvoir rendre hommage à Ali El Enziz.
Chez moi, à La Réunion, la communauté mahoraise flippe, les nouvelles au téléphone ne sont pas bonnes: les ventres sont vides. Ce matin elle s'est donnée rendez-vous à Saint-Denis et à Saint-Pierre pour une marche en mémoire d'Ali El Anziz. Si c'est possible, les gramouns, les Mahoraises et leurs marmailles rejoindront leur famille à La Réunion. Les hommes, eux, resteront.
Des témoignages envoyés à Rue89, à lire avec un esprit critique.
Un soit-disant témoignage a été repris par fdesouche...
sources: Rue89
Les fachos réagissent sur la toile ici
Réactions à mon article de mercredi. Oui, ça existe...
L'Etat assassine à Mayotte
communiqué du LKP ici
Réouverture des magasins à Mamoudzou 
Les commerces ont pu rouvrir leurs portes ce matin à Mamoudzou, ce qui a surpris les Mahorais. Les forces de l’ordre sont présents aux abords des magasins. La décision a été prise hier soir très tard par les représentants des grandes surfaces.
sources: Linfo.re
Arrivée d'un médiateur lundi
M-L Penchard a annoncé aujourd'hui dans une lettre aux syndicats la nomination d'un médiateur. Il sera le "coordonnateur des enquêtes de concurrence pour l'ensemble de l'Outre-mer." Il s'agit du chef de service de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). "Stanislas Martin se rendra dès lundi dans l'île pour participer au prochain observatoire des prix et des revenus... sera chargé d'établir un rapport qui  pourra ensuite servir de base pour des négociations sur les prix." C'est une façon donc de reconnaître la légitimité de l'intersyndicale et de répondre à son souhait de ne plus négocier avec le préfet Thomas Degos qui n'est plus crédible depuis mercredi.Pour rappel, l'UD FO avait signé lundi un accord en demi-teinte avec la grande distribution, sabrant l'unité syndicale.
sources: Zinfos974

Dimanche 23 octobre:
Rue89:   ici 
« La France traite les Mahorais comme des demi-Français »(23/10/2011 à 02h47)
Flash-ball, lacrymo & organisation des secours (Conférence de presse du procureur du 20 octobre)
Le décès de la victime serait consécutif à de mauvais gestes de réanimation qui auraient "brisé des côtes et entraîné cette plaie saignante du coeur qui a cessé de battre par un effet de tamponnement à l'intérieur du péricarde... Le malaise initial, a priori, n'entre pas dans ce processus létal qui est la résultante des blessures extrêmement graves.", avance le procureur.
Il n'écarte pas de façon absolue l'hypothèse du flash-ball. Quant à l'hypothèse d'un malaise consécutif à l'inhalation de gaz lacrymogène, "c'est une hypothèse également plausible dans la mesure où l'état des poumons de la victime a montré qu'il s'agissait d'un gros fumeur qui a pu, plus qu'un non fumeur, être incommodé jusqu'au malaise par l'inhalation de gaz."
"D'autres questions se posent encore dans cette enquête, notamment sur les conditions d'organisation des secours. On peut se demander si nous sommes dans un protocole normal en maintenant une personne inanimée une demi-heure sur la voie publique"
sources: Mayotte Hebdo
Au fil de l'eau: des nouvelles de Mayotte ici
Les fachos réagissent sur la toile ici
Mort d'Ali, 15 secondes pour Mayotte:  


   

 


Pour en savoir plus
  • la presse de l'Union des Comores ( Al-Watwan...)