«La Révolte des mabawas» semaine 2

Le fil Mayotte dans le chaos est ici 

Les articles sont limités en nombre de caractères. 



Lundi 03/10:
  "ll n’y pas eu formellement de protocole d’accord... " à l'issue de la réunion de vendredi a affirmé le préfet Thomas Degos. Samedi, le centre-ville de Mamoudzou était toujours perturbé. La grève a repris ce lundi, les manifestants ont mis en place des barrages ce matin au nord et au sud de la capitale. Les forces de l'ordre sont toujours déployées à proximité de la place de la République. Les stations services, les commerces... ne sont plus approvisionnés. L'île est au bord de la paralysie. Les négociations se poursuivent.   Vendredi, l'intersyndicale avait dénoncé dans un communiqué "l’utilisation abusive des forces de l’ordre et del’appareil judiciaire comme moyen de pression contre les manifestants pour légitimer leur impuissance à donner des réponses claires sur les revendications légitimes des Mahorais ". sources: Mayotte Hebdo, Malango Actualité, Linfo.re

mardi 04/10: Le mouvement s'est radicalisé aujourd'hui au retour des syndicats de la table des négociations. Les rideaux des commerçants sont baissés, les banques et les administrations fermées. Barrages et échauffourées ont repris, avec moins d'ampleur que mercredi dernier. La semaine s'annonce agitée à Mayotte. sources: Linfo.re , Mayotte Hebdo

mercredi 05/10: Les manifestations continuent. A Mamoudzou, la marche est menée par les élus et les femmes en première ligne. Les distributeurs automatiques sont vides, la stratégie des manifestants est de paralyser l'économie. sources: Mayotte Hebdo

Les grévistes ont refusé de reprendre les négociations avec les représentants des entreprises et le MEDEF. Le bras de fer continue. sources: Malango Actualité

Jeudi 06/10: Violents affrontements

Aujourd'hui, Mayotte est en état de siège, les barrages sont partout... et la colère contre la vie chère se déchaîne parfois contre les forces de l'ordre. Des policiers de La Réunion ont rejoint ce soir Mayotte pour remplacer les militaires qui ont quitté l'île en fin de semaine dernière. Des renforts de métropole ont également été demandés par les autorités sur place.

Pourtant, la manifestation d'hier à Mamoudzou s'est passée dans un calme relatif, des affrontements se sont déroulés en fin de journée. Mais à Kaweni, Passamainty... la situation a dégénéré entre jeunes et forces de l'ordre: émeutes, pillages de commerces et incendies de voitures. Les habitants de Petite Terre ont également rejoint le conflit. C'est le nouveau département dans son intégralité qui revendique maintenant une vie moins chère. Les syndicats réclament entre autres un alignement des prix sur La Réunion.  

Et si à son tour La Réunion emboîte le pas et exige les mêmes prix qu'en métropole, c'est la matrice outre-mer  qui pourrait exploser...

sources: Linfo.re, Malango Actualité, Mayotte.la1ère, YouTube, Clicanoo

 


 

vendredi 07/10: Mayotte a retrouvé un calme précaire ce vendredi jour de grande prière. Les négociations continuent, les heurts entre manifestants, police et gendarmerie aussi... Des forces de l'ordre débordées, qui laissent les barrages en place pour éviter de revivre les violents affrontements d'hier. La plupart des commerces sont fermés pour éviter les pillages. sources: Linfo.re, Mayotte.la1ère

samedi 08/10: Après 22 heures de négociation et la proposition d'un accord de la part de l'Etat et du patronat, l'intersyndicale a consulté le millier de manifestants sur la place de la République de Mamoudzou. La proposition, qui prévoie la baisse des prix jusqu'à la fin de l'année, a été refusée par la population. Un enfant de 9 ans a été gravement blessé par un tir de flash-ball vendredi. sources: Malango Actualité, Imaz Press

dimanche 09/10: « Les méthodes des forces de l’ordre son discréditées. Je n’en reviens pas de ce que je viens de voir ! Ils ne vont plus me raconter des histoires. J’ai vu la manière dont ils agissent ! ... Le comportement du préfet est inacceptable. Nous allons demander son départ. » Ce sont les mots d'Ibrahim Aboubacar, vice-président du conseil général et premier secrétaire de la fédération PS de Mayotte, suite à l'intervention agressive de gendarmes mobiles samedi matin dans le dos des manifestants.Dans un communiqué, la fédération PS de Mayotte qui soutient le mouvement contre la vie chère, a décidé d’annuler l’organisation des primaires socialistes: « Dans ces conditions, compte tenu de la souffrance que traverse la population en ce moment, et en guise de soutien à celle-ci, la direction de la fédération a décidé d’annuler l’organisation des primaires socialistes prévues le 9 octobre dans l’île et ce, en accord avec les représentants locaux des différents candidats aux primaires. » Les négociations ont été suspendues hier soir, doivent reprendre aujourd'hui.
sources:  Mayotte.la1ère


Pour en savoir plus
  • la presse de l'Union des Comores ( Al-Watwan...)