Mayotte: La situation devient incontrôlable - mercredi 26 octobre

par feeld  -  26 Octobre 2011, 14:55  -  #Mayotte

Mercredi 26 octobre. La situation est explosive une semaine, jour pour jour, après le décès d'un manifestant. Les barrages ont repris y compris dans le centre de Mamoudzou et aux alentours. Dès 4 heures du matin, des barrages ont été dressés. Des pompiers et des journalistes ont été caillassés par des jeunes. Les gendarmes ne sont pas intervenus ce matin, probablement pour éviter l'embrasement. 


Les ambulances ne circulent plus... « Pour la première fois depuis le début du conflit, la sécurité sanitaire n’est plus assurée », indique Alain Daniel, directeur de l’hôpital de Mamoudzou en charge de l’organisation du système de soins dans l’île. Une ambulance a été caillassée en se rendant à Mamoudzou. C'est le chaos...

 

Déjà hier, à Dzoumogné au nord de l'île, des heurts violents s'étaient déroulés entre les forces de l'ordre et des dizaines de jeunes, qui avaient érigé des barrages . Un jeune a été, une nouvelle fois, blessé par un tir de projectile. La rumeur, qui est maintenant vérifiée, avait fait état d’un nouvel enfant blessé par un tir de flash-ball. On le sait maintenant, il s'agit d'un adolescent de 14 ans blessé à la mâchoire.Les gendarmes mobiles avaient été attaqués à coup de galets, de barres de fer et de cocktails molotov


Dans ce climat de sédition, les syndicats d'enseignants demande au vice recteur de Mayotte la fermeture des établissements scolaires. En vain... Mardi sur les ondes de Kwezi FM, un parent s'indignait de la présence de grenades lacrymogènes dans la cour d'une école maternelle de Dzoumogné.

 

Pendant ce temps, les syndicats, qui ont repris les pourparlers depuis mardi avec le médiateur dépêché par M-L Penchard, exigent en priorité la baisse du prix de la viande mais aussi du sable et du gaz pour poursuivre les négociations. 

 

 

M-L Penchard a annoncé à la sortie du conseil des ministres d'aujourd'hui qu’elle s’entretiendrait avec le ministre de l’Intérieur Claude Guéant et le premier ministre François Fillon. Si le ministre de l'Intérieur s'exprime sur les Mahorais, c'est un nouveau dérapage assuré ! La semaine dernière, la ministre avait reporté sa venue à La Réunion programmée le jeudi 19 et vendredi 20 octobre, au lendemain du décès d'Ali Elanziz, démontrant un courage incertain...

 

L'arrivée des clandestins se serait intensifiée depuis que la police aux frontières est contrainte de tourner le dos à la mer pour faire face aux manifestants et c'est maintenant Anjouan qui ravitaillerait Mayotte en produits de première nécessité selon Al-Watwan, un quotidien comorien. Une situation inversée impensable il y a un mois.

 

Ce soir à la tombée de la nuit, des barrages étaient toujours en place.

 

Le bilan de la journée par le préfet Thomas Degos , interrogé par l'envoyé spécial de 20minutes.fr:

" Il y a des incidents de rue en marge des manifestations, comme c'est toujours le cas. Il y a sans doute une montée en puissance de ce phénomène ces derniers jours, on assiste à des comportements violents peu courants à Mayotte. J'en appelle au calme et à la sérénité, et condamne ces actes qui n'ont rien à voir avec les revendications."


Pour rappel, la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, avait nommé un médiateur samedi à la demande des syndicats " chargé d'établir un rapport qui pourra ensuite servir de base pour des négociations sur les prix.", le préfet Thomas Degos n'étant plus crédible depuis mercredi. Mais dès la première entrevue lundi, les syndicats ont claqué la porte. Le médiateur refuse de négocier les prix des produits de première nécessité, sa mission étant de coordonner "des enquêtes de concurrence pour l'ensemble de l'Outre-mer."

 

sources: 20minutes.fr, Zinfos974, Clicanoo.re, Radio ô sur Twitter, @Marion_chateau, Linfo.re, Malango Actualité, Mayotte.la1ère.fr, Al-Watwan

 

Lire cet article sur Le Post.fr

A lire sur mon blog: Mayotte dans le chaos (nouvelle url)