La Réunion: quatrième attaque de requin !

par feeld  -  19 Juillet 2011, 13:51  -  #Sharks

Selon Zinfos974, vendredi 15 juillet vers 17H00, un requin aurait attaqué un kayakiste, plus précisément un adepte du waveski, au large de la plage des Brisants à Saint-Gilles. C'est la quatrième attaque de requin en 6 mois et toutes du côté de Zoreyland, la zone la plus touristique de l'île !  Le requin a attaqué la coque du bateau, l'homme a réussi a le repousser à l'aide de sa pagaie. Le kayakiste, professionnel de la mer, n'a pas voulu ébruiter cette attaque, qui est survenue le jour de la réouverture des plages de la commune de Saint-Paul dont fait partie la station balnéaire de Saint-Gilles. La baignade et les activités nautiques y étaient interdites de la plage de Boucan Canot à celle des Brisants.

Mais pendant le week-end, l'information a fuité et a tourné dans le milieu surfeur. L'attaque a été confirmée du bout des lèvres par d'autres professionnels de la mer de Saint-Gilles, l'un deux répondra:" Nous ne pouvons rien dire sans l'aval de la hiérarchie."

Drapeau rouge sur Les Roches Noires 14-07-2011

Drapeau rouge et plage déserte. La plage des Roches Noires le jeudi 14 juillet 2011.

L'arrêté municipal avait été pris il y a deux semaines au lendemain de l'attaque d'un requin le 6 juillet sur un surfeur sur le spot des Roches Noires à Saint-Gilles. 

Déjà le 15 juin, un bodyboarder était décédé sur le spot Ti Boucan à Boucan Canot, mordu à trois reprises probablement par plusieurs requins.

Le 19 février, un touriste marseillais arrivé le matin même sur l'île, avait perdu une jambe suite à une attaque sur le spot du Perroquet à 300 mètres de la plage des Roches Noires de Saint-Gilles.

Il y a en moyenne une attaque de requin par an à La Réunion. Au moins 34 attaques ont été recensées depuis 1980 dont 16 mortelles.

sources: Zinfos974

 

A lire sur mon blog: Les requins à la Réunion, mythes et réalité

Grand 22/07/2011 07:20



D'après ce professionnel de la mer, il a parlé après l'attaque. (ITW sur Antenne Réunion). Les mauvaise langue se demande pourquoi la mairie n'a pas été au courant.