Nosy Be. Be surprised

par feeld  -  6 Octobre 2013, 03:08  -  #Madagascar

Vazahabe !

 

Madagascar. Update 20 octobre  

"Nosy Be¹. Be Surprised. Laissez-vous surprendre..." C'est sur ces mots que l'Office du Tourisme de Nosy Be nous invite à "un ensemble d'émotions" dans "l'île de tous les parfums".

Sur la plage d'Ambatoloaka, une odeur de chair humaine et de pneus cramés a embaumé les narines d'une foule spectatrice cette semaine. Jeudi 3 octobre à l'aube, deux vazaha², un Français et un Franco-italien, ont subi un lynchage à mort après la découverte du cadavre d'un enfant rendu par la mer. Un jeune malgache d'origine comorienne, l'oncle de l'enfant, subira le même sort en fin de journée. Des vidéos amateures qui circulent sur le web et vendues dans la rue entre 2 et 4 euros sur place, dévoilent les dernières secondes des deux vazaha  lynchés puis brûlés, enfilés dans un pneu. Une vindicte populaire dit-on sur fond d'affaire de pédophilie, partie d'une rumeur d'un trafic d'organes, alimentée par le mythe du mpaka fo³.

La vindicte populaire est en recrudescence à Madagascar voire courante dans certains territoires même si elle est interdite par la loi. Elle se pratique en particulier dans le sud contre des présumés dahalo, voleurs de zébu ou pas... Mais de mémoire, c'est la première fois que des vazaha sont lynchés publiquement.

 

Les Offices du Tourisme de Madagascar et de Nosy Be communiquent...

Alors, les Offices du Tourisme de Madagascar et de Nosy Be se sont empressés de communiquer pour enrayer la psychose de la chasse aux touristes vazaha. Selon eux, les deux Français sont connus "des locaux depuis plusieurs années et sont présumées être des résidents à Madagascar et non des touristes". Dans un article de TourMag.com, on peut même lire que selon l'O.N.T. de Madagascar, "la foule demeure très clairvoyante sur l'objet de sa vindicte"...  

Communiqué facebook Office Régional du Tourisme de Nosy B

  Communiqué sur le site de l'Office National du Tourisme de Madagascar ici


Dans le communiqué en anglais on y apprend qu'ils sont connus depuis plusieurs mois! Les communiqués de l'O.N.T. de Madagascar sont donc très approximatifs. On peut y lire aussi que "dès le jeudi 04 octobre après-midi, les touristes et la population ont pu circuler normalement dans la ville" (idem en anglais) sauf que le 4 octobre c'était vendredi! Les deux communiqués ont été retoqués depuis, les Français seraient connus depuis plusieurs mois? Le Français, Sébastien était arrivé le 15 septembre, il "n’avait pas pour habitude de se rendre dans l’île. Ce dernier voyage était seulement son second.", le parquet de Bobigny est persuadé de son innoncence. Quant à Roberto, le Franco-italien, il était à Nosy-Be depuis plusieurs mois, cinq apparemment.

Déjà, dans la nuit du 24 juillet dernier, une touriste métropolitaine s'était pris des coups de machette par des voleurs en rentrant dans son bungalow. Aller chercher des informations sur la sécurité à Nosy Be sur le site de l'O.N.T. de Madagascar, c'est un peu comme se renseigner sur la crise requins sur le site de l'Ile de La Réunion Tourisme...

Voilà des communiqués bien rassurants à deux semaines des élections présidentielles malgaches censées sortir Madagascar de quatre ans de Transition...

 

Tourisme à MadagascarUn tableau noir à Anakao. Nosy-Be, première station balnéaire de Madagascar.

 

Des dessous politiques?

La proximité des élections présidentielles est en effet troublante, le premier tour doit se dérouler le vendredi 25 octobre. Qui sont les meneurs de la vindicte? Y a-t-il des dessous politiques, une volonté de faire capoter le processus électoral suite à l'évincement des candidatures des rivaux Ravalomanana et Rajoelina?

Le 9 octobre, on appprend que Joseph Yoland alias Mômy, originaire de Nosy Be, ancien sénateur issu du Tiako i Madagasikara et ancien parlementaire du Conseil Supérieur de la Transition, a été placé en garde à vue la veille dans le cadre de l'enquête sur les lynchages. Propriétaire de la radio Tsiko Meva Ylang à Nosy Be, Joseph Yoland est soupçonné d'être "derrière la révolte qui a conduit au lynchage".

Selon le Général Guy Bobin Randriamaharo, adjoint au Commandant de la Gendarmerie nationale, "son intervention par téléphone, s’apparentant à des incitations au trouble de l'ordre public et à un soulèvement populaire contre les actions des forces de l'ordre."


"Des personnes cherchent à empêcher à tout prix la tenue de l’élection. Ils ont voulu nuire à la réputation de Madagascar et ont réussi. Nous sommes perçus par les autres pays du monde comme barbares avec une justice barbare." Le Général Randriamary, le 10 octobre

 

Inculpé pour incitation au trouble de l’ordre public et incitation à un soulèvement populaire contre les actions des forces de l’ordre, Joseph Yoland a été écroué le 12 octobre ainsi que 13 autres prévenus. 11 sont accusés d'avoir attaqué la gendarmerie, 2 d'avoir participé aux lynchages. Son intervention téléphonique diffusée à deux reprises sur sa radio serait à l'origine de son incarcération.

 

Tout simplement la rumeur et la bêtise?

Du côté de La Gazette de la Grande île, on avait un temps évoqué aussi la rumeur d'un conflit foncier entre européens. Le 20 octobre, on apprend dans la contre-enquête de TF1 sur Sept à Huit, que l'oncle lynché avait un contentieux avec la famille de l'enfant, un conflit foncier. Alors une vindicte populaire aux allures de règlement de comptes?

Il pourrait aussi s'agir d'un simple mouvement spontané dû à un ras-le-bol général face aux autorités dans ce "gigantesque bordel à ciel ouvert où tout est achetable". Une vindicte populaire peut être chauffée par quelques agitateurs politiques, qui a dégénéré après l'attaque de la Gendarmerie d'Hell-Ville et la mort de deux manifestants malgaches. Tout simplement la rumeur et la bêtise alimentées par le mythe du mpaka fo

 


membre du conseil supérieur de la Transition a été
membre du conseil supérieur de la Transition a été
n membre du conseil supérieur de la Transition a été - See more at: http://midi-madagasikara.mg/faits-divers/affaire-nosy-be-un-cst-en-garde-vue#sthash.KBZgbb5e.NUSuk2kU.dpuf
n membre du conseil supérieur de la Transition a été - See more at: http://midi-madagasikara.mg/faits-divers/affaire-nosy-be-un-cst-en-garde-vue#sthash.KBZgbb5e.NUSuk2kU.dpuf
n membre du conseil supérieur de la Transition a été - See more at: http://midi-madagasikara.mg/faits-divers/affaire-nosy-be-un-cst-en-garde-vue#sthash.KBZgbb5e.NUSuk2kU.dpuf
n membre du conseil supérieur de la Transition a été - See more at: http://midi-madagasikara.mg/faits-divers/affaire-nosy-be-un-cst-en-garde-vue#sthash.KBZgbb5e.NUSuk2kU.dpuf
membre du conseil supérieur de la Transition a été

¹ Nosy Be est une île côtière volcanique située dans le Canal du Mozambique au nord-ouest de Madagascar. C'est un des atouts touristiques de la Grande île. Mais au-delà de ses eaux cristallines, l'île est aussi connue pour être un haut lieu du tourisme sexuel. Un reportage de TF1 tourné en 2008, Enquêtes et révélations, Madagascar: enquête sur le scandale du tourisme sexuel français, avait déjà dévoilé la face à peine cachée de Nosy-Be. A ne pas confondre avec Nocibe®.

² vazaha, [vaza]: le Blanc, l'étranger le plus souvent d'origine européenne, Français en particulier.

³ Le mpaka fo est une création éminemment merina, ethnie de Madagascar. Le mpaka fo, espèce de vampire vazaha qui s'alimenterait des coeurs des Malgaches ou les utiliserait à d'autres fins. Le mythe remonterait au XIXe siècle et serait l'expression d'un complexe d'infériorité des paysans merina expliquant la richesse et le pouvoir des Blancs par la sorcellerie. Selon Tradition et démocratie en Afrique: La frontière ambigüe.

Chez les Betsileo, les voleurs d’organes ont une prédilection particulière pour les foies. Le mpaka aty, le voleur de foie, à qui est destiné les organes des enfants est toujours un vazaha ou un riche malgache occidentalisé. Il possède parfois un biby olona affamé, une bête avec un corps de cheval et une tête humaine, qui lui indiquera le moyen de devenir fabuleusement riche. Selon Terrain, revue ethnologique de l'Europe.

Ces fables courent un peu partout à Madagascar. Dans le sud, chez les villageois Tandroy, le paladio est le suceur de sang, le palakate, le mangeur de foie ou de coeur. On nomme celui qui se transforme en homme-cheval dévoreur d'organes, le bobely. Selon Coopérer aujourd'hui n°65.