Mayotte: La Révolte des Mabawas

par feeld  -  18 Octobre 2011, 02:03  -  #Mayotte

 

Lundi 17 octobre 2011, au 21e jour du conflit

Ce matin, la rentrée scolaire s'est passée sans heurt. Les barrages étaient levés pour que les marmailles regagnent l'école, le ventre vide, après 3 semaines de conflit.

Les Mahorais attendaient beaucoup de cette journée après un nouveau week-end de négociations. Pourtant...

A Mamoudzou, place de la République, un épouvantail représentant le préfet Thomas Degos est érigé sur l'estrade où vont s'exprimer les syndicats. Le sentiment amer de pas avoir été entendus par la ministre de l'Outre-mer vendredi est bien présent.

M-L Penchard n'a pas hésité. 5 euros de remise par produit et par mois jusqu'au premier versement du RSA en mars 2012 soit 50 euros par mois. Un pied de nez lancé aux plus pauvres d'entre-eux. Vendredi soir après l'allocution télévisée, les jeunes lui ont rendu la monnaie de sa pièce. Une grande surface du centre-ville a été pillée. Mayotte a bien failli revivre l'une des pires journées de son Histoire.

Plus de 1000 manifestants sont venus découvrir le projet d'accord encore en discussion avec le patronat. Réunis en Assemblée Générale, ils se sont prononcés pour une suspension de la grève sous conditions. La base a décidé qu'elle continuera tant qu’aucun accord n’aura été trouvé sur le gaz, le sable et la viande. C'est le prix du kg de viande qui retient toute leur attention.

 

"Nous devons leur rappeler que la grève n'est pas finie"

 

Cet après-midi les syndicats et les associations de consommateurs ont été reçus par le préfet Thomas Degos en Petite-Terre pour débattre sur ce dossier. Les représentants du patronat et de la grande distribution manquaient à la table des négociations. En plein débat, un grand nom de la grande distribution a convié le préfet par téléphone à se rendre en Grande Terre avec une partie des syndicats pour engager des négociations sur le prix de la viande. Une délégation l'a rejoint en vedette préfectorale entraînant la colère des autres syndicats.

Plusieurs centaines de Mahorais ont manifesté dans le centre-ville de Mamoudzou
. Un barrage a bloqué un carrefour stratégique dans l'après-midi.


Peu d'incidents ont été signalés ce lundi à Mayotte. Dans la zone industrielle de Mamoudzou, 2 conteneurs ont été ont été vandalisés par des enfants âgés entre 9 et 12 ans dans un entrepôt. 7 tonnes de produits alimentaires vidés, essentiellement des conserves et 300 à 400 couteaux de cuisine... Eux aussi, ils se révoltent.

Afin d’éviter tout débordement et appuyer le dispositif en place, 2 escadrons de la gendarmerie,dont un de La Réunion, ont été envoyés à Mayotte en renfort ce lundi soit 130 gendarmes !

 

Mayotte entame sa quatrième semaine de lutte contre la vie chère. L'intersyndicale promet des manifestations violentes si la base n'est pas satisfaite.

Ce lundi soir, sur les ondes de radio Mayotte 1ère, les Mahorais, blessés par l'arrogance de l'Etat français, qui n'hésite pas à déployer une armée sur leur territoire, expriment leur volonté d'aller jusqu'au bout, malgré la fatigue et la faim. Le Mahorais est fier, que ce soit entendu, la grève contre la vie chère pourrait tourner à la révolte, celle des Mabawas (ailes de poulet).

sources: mayotte.la1ère.fr, mayotte.la1ère.fr/radio/direct, Libération.fr, Linfo.re, Clicanoo, wongo.skyrock.com, Malongo Actualité 


Lire l'article actualisé: Mayotte dans le chaos

Décalage horaire par rapport à la métropole: Mayotte + 1 H 00, Réunion + 2 H 00